Communiqué de Hannes Griebel, Munich, le 26 mars 2008.Chef du projet et Président de la section allemande de la Mars Society. Traduction et notes de Pierre Brisson. Une nouvelle étape importante sur le chemin du lancement projeté le 14 juin de MIRIAM*, a été franchie le 25 mars avec la réussite du test de fonctionnement sous vide et de la qualification de la plate-forme des systèmes de gonflage du ballon. Le test avait lieu à l'Institut des Technologies de l'Espace chez UniBw **.

La plate-forme de systèmes de gonflage fait partie du module de service de MIRIAM qui porte également, replié sur lui-même, le système matériel / logiciel de vol, le système de déploiement du ballon ainsi que les équipements de télémétrie et de télévision.  

En raison des limitations imposées par les dimensions de la chambre sous vide disponible, le ballon lui-même n'a pas été gonflé.  

La plate-forme de gonflage a été testée entièrement équipée et en configuration de vol, ce qui signifie que le système de réservoirs a supporté une pression de 190 bars d'hélium et a dû subir une séquence complète de gonflage simulée, dans des conditions spatiales également simulées.  

Pendant le test, une vraie séquence d’instructions de gonflage a été téléchargée au contrôleur de vol du module de service (« ServCon »). L'ordre a été vérifié et exécuté avec succès. Les enregistrements des capteurs sont maintenant comparés aux données des simulations sur ordinateur pour régler le modèle mathématique et pour accroître la fiabilité du système et de son fonctionnement. Durant tout le test, le système a fonctionné impeccablement. 

C'était le dernier prévu avec le modèle d’ingénierie du module de service. 

La prochaine étape consistera à procéder à un essai complet de gonflage dans des conditions spatiales simulées et de faire subir une secousse (ndt : comme celle que subira le ballon lorsqu’il sera déployé à grand vitesse dans l’atmosphère martienne) à l’ensemble des systèmes de vol de MIRIAM. Cet essai aura lieu au centre d'essai de l'espace d' IABG***. Il sera suivi de l'équilibrage des rotations du ballon, de tests de rotation et d'un test pour déterminer les moments d’inertie. 

En parallèle, on examinera la performance de la boîte d'instruments de MIRIAM pendant un cycle complet d’observations y compris avec champ magnétique simulé pour l'expérience MiriMag**** et avec caméra. On fera aussi des lectures de télémétrie et des données transmises par l’accéléromètre. 

Un essai de télémétrie à longue distance terminera la série d'essais avant que le système de vol soit installé sous le cône du nez de la fusée. 

Notes : 

* MIRIAM (acronyme pour « Main Inflated Reentry Into the Atmosphere Mission ») est le nom de la phase essai en vol du projet de sonde atmosphérique martienne ARCHIMEDES. Elle doit tester le gonflage et l'entrée d'un ballon ("ballute") dans l’atmosphère ici sur Terre. MIRIAM est développée conjointement entre la section allemande de la Mars Society et plusieurs instituts de l'UniBw. MIRIAM fait appel à l’ensemble des sous-programmes de recherche développés dans le cadre du programme ARCHIMEDES. Un lancement est actuellement projeté à une altitude de 200km (maximum) à partir du site d'essai des fusées SSC ESRANGE près de Kiruna, Suède, à bord d’une fusée REXUS4, assemblée et pilotée par le groupe DLR MORABA***** d'Oberpfaffenhofen en Allemagne. 

** UniBw est l’Université de l’Armée Fédérale Allemande, à Munich. 

*** IABG (pour Industrie Anlangen Betriebs Gesellschaft mbh) est une importante entreprise allemande dans le domaine de l’aéronautique et de la défense. 

**** MiriMag est une expérience magnétique de l’Université de Brunswick. ARCHIMEDES embarquera en effet une expérience qui mesurera le champ magnétique résiduel à la surface de Mars et l’interaction du vent solaire avec l’atmosphère. L’expérience se fera au moyen d’un instrument de type « Flux Gate ». MiriMag est le nom du module d’essai pour cette expérience qui sera embarqué par MIRIAM. Elle mesurera l’orientation de MIRIAM pendant le vol. MIRIAM embarquera aussi une caméra qui doit permettre de se repérer quand l’information du magnétomètre n’est pas suffisante. 

***** DLR (pour Deutschen Zentrums für Luft und Rumfahrdt  ) est le nom de l’Agence Spatiale Allemande. MORABA est l’acronyme pour « base mobile de fusées ».