La simulation d’exploration martienne Mars 160 organisée par la Mars Society commence le 24 septembre. Cette simulation comporte deux phases, l’une de 80 jours à la station MDRS et son terrain environnant dans l’Utah, phase qui vient de démarrer,  et l’autre de 80 jours également mais dans le grand Nord canadien à la station FMARS. Dans les deux cas il s’agit du même équipage, dirigé par Alexandre Mangeot, de l’association Planète Mars.

Les autres membres d’équipage sont:

+ Yusuke Murakami, Executive Officer (Japon)
+ Anastasiya Stepanova, Journaliste (Russie)
+ Claude-Michel Laroche, ingénieur de bord lors de la mission dans l’Utah (Canada)
+ Dr. Jonathan Clarke, Geologue (Australie)
+ Annalea Beattie, officier santé sécurité (Australie)
+ Anushree Srivastava, biologiste (Inde et Royaume Uni)
+ Paul Knightly, Geologue lors de la mission arctique (U.S.A.)
+ Shannon Rupert, biologiste, équipage back up  (U.S.A.)

mars-160-crew-patch-08-31-16

Le patch de la mission réalisé par Tim Gagnon de Titusville en Floride et Jorge Cartes de Madrid (doc. T. Gagnon/J. Cartes/TMS)

L’équipage va conduire un programme d’exploration de terrain sur les plans géologiques, paléontologique et micro-biologique en opérant sous des conditions reproduisant une partie des contraintes des explorations martiennes. Il y aura aussi des recherches en ingénierie lié à l’exploration de Mars, des démonstrations de télé-science biomédicale, des démonstrations de technologies concernant les scaphandres, des développement de stratégies concernant les trajets en EVA (Extra Véhicular Activities, c’est à dire explorations de terrain), des entraînements croisés d’astronautes sur les technologies de terrain et celle concernant l’habitat. La comparaison des résultats acquis dans le désert de l’Utah et dans la zone Arctique permettra de voir comment les conclusions tirées des activités dans le désert de l’Utah, plus économiques et faciles à réaliser que dans l’Arctique, doivent être modifiées pour approcher les résultats que l’on obtiendrait dans l’Arctique.

L’équipage Mars 160 a été sélectionné après des missions comparatives déroulées dans la MDRS, dans le cadre de la préparation d’une mission de simulation d’un an dans l’Arctique qui a été reportée en attendant de mobiliser les fonds nécessaires à cette longue opération.

C’est la rotation MDRS 143 conduite en décembre 2014 qui en en particulier permis la sélection d’Alexandre Mangeot comme commandant de bord pour cette nouvelle mission Mars 160.

Un présentation récapitulant ce qui se fait en matière de simulation d’explorations sur Terre est disponible ici.

28-11-photo3

La station MDRS lors de la mission MDRS 143 (doc. A. Mangeot/MDRS 143)

cte9svfvmaaihfi

La configuration actuelle de la station MDRS de la Mars Society dans l’Utah (doc. TMS)