Le bulletin n°70 de l’association (janvier 2017) , réservé aux membres, vient de paraître avec au sommaire :

Le bulletin est téléchargeable ici pour les membres.

Pour avoir accès aux bulletins dès leur parution, vous pouvez devenir membre APML’ensemble des bulletins est disponible pour les membres et les bulletins plus anciens sont disponibles pour les non-membres.

Ci-dessous l’édito du bulletin n°70:

“Les changements de président aux États-Unis ne manquent jamais de nous faire entrer dans une période d’incertitude, voire de remise en cause, de la politique américaine en matière d’exploration spatiale. Le dernier épisode, l’élection du président Obama, a ainsi conduit à l’arrêt du programme Constellation, lancé par son prédécesseur. Mais aussi, plus tardivement, à l’affichage de la volonté de relancer l’exploration avec Mars comme objectif.

A ce jour, les prises de position de la nouvelle administration ne permettent pas d’avoir une idée claire de sa politique. Y aura-t-il un engagement plus net et plus formalisé pour la reprise de l’exploration habitée ? Mars va-t-il en rester l’objectif, ou va-t-on voir les partisans d’une étape lunaire préalable imposer leurs vues ? Les développements rescapés de Constellation – lanceur lourd SLS et capsule Orion – sevrés de missions en l’absence d’un vrai programme, pourront-ils survivre ? La NASA va-t-elle continuer à défendre son rocambolesque projet de mise en orbite lunaire d’un fragment d’astéroïde ? La politique de soutien aux nouveaux entrants du spatial va-t-elle être poursuivie ?

Sur ce dernier point, l’attention manifestée par le président Trump envers Elon Musk et Jeff Bezos, à l’occasion de réunions de conseil sur l’innovation, est un signe encourageant. Pour peu que ces industriels tiennent leurs objectifs contractuels et techniques, on ne voit pas comment les acteurs établis, aussi puissants soient-ils, pourraient les faire écarter.

On peut enfin s’interroger sur le véritable impact qu’aura la récente révélation du projet ITS de SpaceX. Au-delà de l’excitation provoquée par son ambition et ses innovations, ce projet a fait l’objet de critiques. Robert Zubrin, tout en en louant les mérites, en a proposé une version « optimisée » dans l’article : http://www.thenewatlantis.com/publications/colonizing-mars (traduit sur notre site). Notre collègue P.A. Haldi en donne dans ce numéro sa propre analyse. Il est clair que cette initiative n’aboutira pas à un développement sans que le projet s’affine. Il est d’ailleurs vraisemblable qu’Elon Musk le conçoive ainsi. Mais, quoi qu’il en soit, l’ITS fait désormais partie du paysage.

Richard Heidmann

Vice-président de l’Association Planète Mars”