On se souvient que les sondes en orbite avaient indiqué la présence d’hématite sur Vera Rubin Ridge. L’hématite est en général le résultat d’une longue action de l’eau sur des roches. Le Jet Propulsion Laboratory vient de publier une image de la Mastcam utilisant les filtres sélectifs de celle-ci pour mettre en évidence les zones à hématite sur le sol de Vera Rubin Ridge.

Panorama Mastcam en lumière naturelle (néanmoins modifiée pour recréer les conditions d’une luminosité terrestre) et colorisé pour mettre en évidence l’hématite qui apparaît en mauve. L’hématite est clairement localisée dans les failles du sol rocheux. L’image supérieure est munie de deux échelles de 1 m (proche) et 5 m (au loin). L’mage s’étend au premier plan sur une largeur de 15 m. (Doc. NASA/JPL-Caltech/MSSS/ASU)

Cette image permet de rappeler les différentes fonctionnalités de la Mastcam. Celle-ci est équipée de deux « yeux », le droit avec un téléobjectif et le gauche avec une optique plus large champs. Chaque caméra comporte un filtre rotatif avec 8 filtres dont un « lumière naturelle et un autre spécial pour prendre le soleil. Trois autres filtres ont été utilisés pour la prise de vue colorisée ci-dessus, centrés sur 751, 867 et 1012 nanomètres (proche infra rouge) chaque filtre étant très sélectif (+ ou – 5 à 10 nanomètres) autour de sa fréquence de passage centrale. L’image en couleurs quasi naturelles supérieure est obtenue en combinant les images prises au travers de trois filtres rouge, vert et bleu (comme les points de nos téléviseurs couleur). Les deux panoramas ont été pris le 12 septembre 2017 au 1814 ème sol (jour martien) de la mission.

Une feuille d’automne fossile dans la roche ? Non le résultat de l’analyse minéralogique sur une zone (« Christmas Cove ») brossée auparavant par le rover. La vue Mastcam date du 17 septembre au sol 1819. Les trois filtres utilisés pour ce résultat sont centrés sur 751 nanomètres (proche infra rouge), 527 (vert) et 445 (bleu) nanomètres. La valeur mauve intense signalant l’hématite est probablement visible de manière aussi localisée grâce au brossage et est, ailleurs sur la plaque rocheuse, dissimulée par la poussière. (Doc. NASA/JPL-Caltech/MSSS)

La feuille analysée par le spectromètre de la Chemcam en mode passif (pas de tir laser) le même jour. La signature est caractéristique de l’hématite. La courbe blanche correspondant au point de visée n°3 dans la fissure blanche est légèrement différente. Les fissures blanches sont colmatées par du sulfate de calcium ou gypse. (Doc. NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/IRAP/LPGNantes/CNRS/IAS)